5 – Sebastian Vettel

Ecurie
Ferrari
NationalitéAllemande
Podiums111
Points2745
Nombre de Grands Prix220
Titres4
Meilleur résultat
1 (x52)
Meilleure qualification
1
Date de naissance
3 Juillet 1987
Lieu de naissance
Heppenheim, Allemagne

Biographie

Sebastian Vettel a remporté quatre titres de champion du monde consécutifs et d’innombrables records de Formule 1. Sa soif de victoire sans faille, ainsi que son talent exceptionnel, lui ont valu une place parmi les grands du sport.

À l’âge de 20 ans, il était déjà le pilote dominant de son époque, devenant le plus jeune poleman, vainqueur et champion de l’histoire. Les deuxième, troisième et quatrième couronnes, remportées avec une ténacité remarquable et une suprématie écrasante, ne font que confirmer son talent exceptionnel.

Les bases d’une trajectoire aussi remarquable ont été posées très tôt. Vettel était déjà un adolescent depuis plus de dix ans. Il avait débuté sa carrière en 1995 sur une piste de kart en Allemagne, où il était né le 3 juillet 1987 à Heppenheim. il avait remporté plusieurs championnats régionaux. Après cette période de compétition locale, il a commencé à courir au niveau européen.

Très vite, il a remporté le titre de kart junior de la région et a même remporté des victoires lors de prestigieux événements annuels à Monaco et à Paris-Bercy. Alors qu’il commençait à se faire connaître, Vettel a attiré l’attention de Red Bull, qui l’a rapidement inscrit à son programme pour jeunes pilotes en 1998.

Avec le soutien de Red Bull, Vettel a continué à bien se comporter et a été invité en 2000 à rejoindre l’équipe junior de la société de boissons autrichienne. Deux saisons de karting plus tard, à peine âgé de 15 ans, il était prêt à passer à la monoplace. Faisant ses débuts dans la série extrêmement compétitive de Formule BMW en 2003, Vettel a fait face à un défi difficile, mais il n’a pas déçu, remportant cinq victoires et terminant la saison à la deuxième place du championnat.

Il s’est amélioré au cours de sa deuxième saison, obtenant 18 victoires sur 20 courses. En fait, il était tellement dominant qu’il a remporté le titre avec un avantage énorme de 124 points. Une fois champion, il voulait un nouveau défi et a décidé de passer à la Formule 3 Euro Series. Malgré le changement, ses liens avec BMW restèrent étroits et, en septembre 2005, il fut invité à tester une voiture de Formule 1 BMW Williams.

Bien qu’il n’ait pas remporté le titre pendant deux saisons en F3, Vettel continuait à avoir un impact impoetant. En août 2006, il était le premier choix de BMW Sauber pour remplacer le troisième pilote Robert Kubica, promu au poste de pilote titulaire après le départ soudain de Jacques Villeneuve de l’équipe.

Bien que beaucoup dans le paddock de Formule 1 n’aient pas entendu parler de lui, Vettel tenait à faire une impression immédiate. C’est réussi. Après avoir terminé sa première séance d’essais au-dessus de la feuille des temps, Vettel n’a pas regardé en arrière et a réussi une série de sorties réussies le vendredi pour l’équipe germano-suisse. À la fin de la saison, BMW Sauber a décidé de conserver Vettel pour 2007.

Il a cumulé son engagement en F1 avec des performances impressionnantes en World Series by Renault, avant de se faire appeler inopinément en F1 pour le Grand Prix des États-Unis à Indianapolis, en remplacement d’un Kubica blessé. Il s’en est sorti avec style, se classant huitième, devenant ainsi le plus jeune homme à avoir jamais marqué un point au championnat du monde.

Moins de deux mois plus tard, il a été récompensé par un siège à temps plein avec Toro Rosso, en remplacement de l’Américain au départ, Scott Speed, à partir du Grand-Prix de Hongrie. Il a obtenu le meilleur résultat de son équipe avec une quatrième place en Chine et a été retenu pour 2008. Après un début de saison difficile, il est devenu de plus en plus puissant pour s’affirmer en tant que futur champion potentiel, remportant sa première victoire et du même coup celle de Toro Rosso lors du Grand Prix d’Italie. Il fut ainsi promu titulaire pour l’équipe senior de Red Bull pour 2009.

Vettel a continué à progresser alors que Red Bull est devenu le seul rival sérieux de Brawn GP dans la lutte pour le championnat ’09. Il a remporté la première pole et la première victoire de l’équipe en Chine, avant de remporter trois autres victoires et de se retrouver à la deuxième place du classement des pilotes, à seulement 11 points du vainqueur Jenson Button. Il a mieux fait en 2010. Bien qu’il n’ait jamais été en tête du classement avant la finale de la saison à Abou Dhabi, sa victoire (cinquième de la saison) en a fait le plus jeune champion du monde de l’histoire de la Formule 1.

Vettel a réussi à passer à la vitesse supérieure en 2011. Avec ce titre, il a gagné plus de confiance, plus de vitesse et a fait moins d’erreurs. Au volant de la superbe RB7 de Red Bull, il s’est révélé imbattable. Son coéquipier Mark Webber – l’homme qui avait été favori pour la couronne 2010 avant cette dernière course – a l’air ordinaire en comparaison du champion. Sur 19 Grands Prix, Vettel en a remporté 11, a terminé sur le podium six autres reprises, a pris une quatrième place en un et a subi un abandon. Il devint le plus jeune champion consécutif de ce sport… avec quatre courses de la fin. En plus de cela, il a signé 15 fois la pole position, battant le record de Nigel Mansell en 1992.

L’année 2012 a été beaucoup plus difficile, due à un début de saison frustrant et lent. L’Allemand, autrefois dominant, devenint un visiteur occasionnel du podium. Les qualifications inconstantes de la Red Bull RB8 et une bonne dose de malchance ne l’ont pas empêché de signer une victoire et trois pole positions lors des 13 premiers Grand-Prix. Quatrième au classement, il semblait que ses espoirs de remporter un troisième titre consécutif s’évanouissaient rapidement.

Mais ensuite, le retournement a commencé. Gagnant quatre courses consécutives, Vettel s’est révélé intouchable dans un Red Bull en rapide progression et, avec son rival Fernando Alonso à l’arrière-garde dans la Ferrari, il a commencé à prendre une avance considérable dans la course au titre. Même un départ dans les stands à Abu Dhabi, un ascendant Lewis Hamilton à Austin, et une collision avec Bruno Senna lors du premier tour de la finale du titre brésilien ne pouvaient stopper sa charge.

Il s’est battu jusqu’au bout pour remporter le championnat des pilotes 2012 de trois points, devenant ainsi le troisième pilote à remporter trois titres successifs, à égalité avec les exploits de Juan Manuel Fangio et Michael Schumacher, et le plus jeune triple champion de l’histoire de la F1.

Le record a été battu en 2013. La première victoire de Vettel dans la saison était controversée au deuxième tour en Malaisie, où il a défié les ordres et passé son coéquipier Mark Webber pour la tête. Mais les vannes se sont ouvertes et il a finalement dominé, remportant un total de 13 courses – égalant le record de Michael Schumacher sur une saison.

Tout a changé en 2014, lorsque Vettel n’a pas réussi à gagner une course et a terminé cinquième au classement. Ses problèmes, qui risquaient de ternir sa réputation, étaient attribués à des problèmes d’adaptation de son style de conduite aux exigences du nouveau règlement technique. Daniel Ricciardo a semblé être instantanément à l’aise avec les nouvelles règles, marquant les trois victoires de la saison dans Red Bull. Cette combinaison a suffi à convaincre Vettel de la nécessité d’un nouveau défi: faire revivre l’équipe Ferrari en difficulté, où il a remplacé Fernando Alonso pour 2015.

C’est un défi qu’il a relevé avec une vigueur et un dévouement caractéristiques, avec trois victoires en Grand Prix à sa première saison avec la Scuderia, soit trois de plus que son coéquipier Kimi Raikkonen, qu’il a totalement dominé. Il a notamment été le seul pilote de la saison à avoir battu l’équipe Mercedes .

Cependant, même les compétences de Vettel n’ont pas permis à Ferrari  d’enrayer le rythme victorieux de Mercedes. Il a quitté le top trois au classement final pour la première fois depuis 2008, malgré sept podiums durement gagnés, dont une troisième place émouvante à Monza.

Sa persévérance, ainsi que celle de Ferrari, ont porté leurs fruits pour 2017. Vettel a remporté trois des six premiers Grands Prix, devant Lewis Hamilton, de Mercedes, favori du championnat. Cependant, une combinaison de manques de fiabilité et d’erreurs de la part du pilote  – notamment après avoir percuté Hamilton sous la voiture de sécurité à Bakou – a raté son objectif. Il a terminé l’année en tant que second, à 46 points de son rival avec un total de cinq victoires en course.

Commentaires Facebook