« En mai ou juin, nous saurons s’il y aura un Grand Prix de Formule 1 à Jerez ».

Comme nous vous le disions il y a quelques mois, le circuit de Jerez a manifesté son intérêt pour un retour au calendrier de la Formule 1 à partir de 2021.

Le ministre du tourisme et vice-président du gouvernement andalou, Juan Marin, a assuré qu’ils étaient toujours en négociation avec Liberty pour que cela se réalise : « Je ne peux rien affirmer. Certains disent que c’est déjà décidé mais que ce ne sera pas connu avant mai ou juin », a-t-il déclaré au portail web Andalucía Información.

La réalité est que les négociations sont toujours actives mais que rien n’est clos ou officiel. Le désir est ferme et l’espoir de revoir des voitures de course sur le circuit de Jerez est grand.

Bien entendu, la cotisation annuelle et les travaux de rénovation de l’asphalte devront être payés par le Conseil, ce dont il assure qu’il s’occupera. « L’investissement pour cela est très élevé et nous avons également besoin d’autres administrations pour soutenir la cause, pas seulement le gouvernement andalou », a ajouté le porte-parole des citoyens.

Dans ce scénario, la prudence est une chose dont l’homme politique andalou tient beaucoup compte. Ils savent que les négociations, qui ont commencé au Grand Prix de Grande Bretagne l’année dernière, sont toujours en cours, mais que rien n’est définitif.

Le nouveau gouvernement andalou pense qu’avec un retour du circuit au calendrier de la F1, les retombées économiques générées dans la province seraient très élevées. Il pourrait y avoir un GP à Jerez pendant au moins deux ans, de 2021 à 2023. En outre, il y a le Grand Prix MotoGP, qui se tient sans interruption depuis 1989 et dont l’impact est d’environ 150 millions d’euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *