F1 2018 – un combat plus serré pour le titre, du moins au début

Lewis Hamilton et Mercedes ont remporté leur cinquième championnat de Formule 1 en 2018 mais, même si rien n’a vraiment changé au classement, la saison a au moins ajouté une touche excitante.

Oui, les trois premiers – les «Flèches d’argent» avec Ferrari et Red Bull – ont à nouveau remporté toutes les courses, comme ils le font depuis cinq ans. Et oui, leurs pilotes ont également occupé chacune des 63 places du podium de ce qui était plus que jamais un championnat à deux vitesses.

Sur le front, toutefois, la lutte pour la suprématie était bien plus serrée. Le résultat était loin d’être acquis et Mercedes aura attendu la quatrième course pour ouvrir son compteur de victoire.

Ferrari en a remporté six, sa meilleure performance depuis 2008, mais la Scuderia est encore loin de son objectif, et l’équipe a été durement touchée par la mort en milieu de saison du président Sergio Marchionne et par une série d’erreurs.

Red Bull a mis fin à son partenariat avec Renault avec quatre victoires, afin de placer le nouveau fournisseur de moteurs Honda à un niveau élevé pour 2019.

Hamilton est passé à un autre niveau.

Son succès, avec 11 victoires sur 21 courses et 11 pôles, était d’autant plus impressionnant que Sebastian Vettel de Ferrari pouvait prétendre posséder la voiture la plus rapide au moins pour la première moitié de la saison.

À la différence de Vettel et de Ferrari, Hamilton a à peine hausser le rythme pour égaler les cinq titres de l’Argentin Juan Manuel Fangio, avec seulement Michael Schumacher en ligne de mire avec ses sept titres.

Faits marquants : il est passé de la 14e place sur la grille à la victoire en Allemagne, tandis que Vettel, en tête, perdait le contrôle de sa monoplace sur le mouillé. Il a également réalisé un tour de pole position époustouflant à Singapour.

Le Britannique, âgé de 33 ans, a effectué une remontée épique de dernier à deuxième à Silverstone et a terminé l’année avec 73 victoires à quelques encablures du record de 91 victoires pour Schumacher.

« J’ai mûri, je me suis mieux compris », a déclaré Hamilton, interrogé sur ce qu’il avait appris d’une année qui avait laissé son coéquipier finlandais, Valtteri Bottas, sans victoire, battu mentalement et meurtri.

Nouveaux visages

La révolution de la Formule 1 chez les jeunes s’est poursuivie, avec de nouveaux visages en vue pour 2019.

Seules Mercedes et Haas, cinquième, proposeront des formations inchangées en 2019, une autre année cruciale hors des circuits avec les détenteurs de droits commerciaux Liberty Media confrontés à de dures discussions sur l’orientation future de ce sport.

Max Verstappen (Red Bull), qui a eu 21 ans, a ravi les fans néerlandais avec deux victoires en 2018, et une altercation avec Esteban Ocon de Force India.

Charles Leclerc, a été nommé Rookie de l’année. Le jeune monégasque débute l’année prochaine en Ferrari avec la responsabilité de succéder au champion 2007, Kimi Raikkonen, vainqueur au Texas, sa première victoire en 113 courses.

Le double champion du monde Fernando Alonso considéré comme l’un des meilleurs, laisse McLaren dans une situation désastreuse.

Alonso fera désormais les 500 milles d’Indianapolis et de la Triple Couronne, après avoir remporté les 24 Heures du Mans avec Toyota lors du premier essai en 2018.

Le retour du Grand Prix de France après une absence de 10 ans a été un retour populaire. Les embouteillages autour du Castellet le sont beaucoup moins. Les fans ont été pris au dépourvu pendant des heures.

Les nouveaux visages à venir pour 2019 comprendront le champion britannique de Formule 2, George Russell, chez Williams, et son jeune compatriote, Lando Norris, chez McLaren.

L’Australien Daniel Ricciardo aura également une nouvelle équipe après avoir quitté Red Bull pour Renault, qui occupe désormais la quatrième place du classement mondial.

Force India, qui était auparavant le meilleur des autres, est désormais ma propriété d’un consortium canadien dirigé par le milliardaire père de Lance Stroll, Lawrence.

Le transfert le moins surprenant de l’année : Stroll junior est passé de Williams – l’ancien champion à la 10e et dernière place – à l’équipe de son père en 2019.

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *