Ferrari va revenir en arrière et s’inspirer de l’aéro de Mercedes.

Ferrari a concédé trois défaites retentissantes lors des trois premières courses de la saison.

Pour des raisons différentes, les grands rivaux Mercedes ont remporté trois doublés lors de l’ouverture du championnat du monde: une situation jamais vue depuis 1992, avec la domination de Williams par Nigel Mansell et Riccardo Patrese.

Les supporters de la Scuderia peuvent commencer à se demander si les Flèches d’Argent vont rééditer ce à quoi ils nous ont habitués depuis l’ère du turbo-hybride. Mais les techniciens de Maranello semblent vouloir redresser la situation en apportant de nouveaux composants aérodynamiques sur la piste.

La seule certitude de Ferrari concerne le domaine du groupe propulseur qui est jusqu’à présent une référence pour toute la catégorie, du moins en ce qui concerne la vitesse maximale en ligne droite. Cependant, des doutes subsistent quant à la fiabilité des calculs pendant les tests de Barcelone.

C’est avant tout l’aérodynamisme qui crée des maux de tête aux ingénieurs de l’écurie italienne. Et c’est précisément le secteur sur lequel Ferrari travaille en ce moment à Maranello, avec l’étude d’un nouvel aileron arrière qui devrait permettre à la SF90 de récupérer l’écart dans les virages avec la Mercedes.

« Un nouvel aileron arrière similaire à celui de la Mercedes arrive », a annoncé Mattia Binotto à nos confrères d’Auto Motor und Sport. Selon les rumeurs lancées par le journal allemand, étant donné que Bakou est un circuit de traction et de longues lignes droites potentiellement similaires à celui de Bahreïn, dans lequel Ferrari a dominé, le nouvel aileron devrait faire ses débuts à Barcelone.

Mais l’arrivée d’un aileron avant redessiné, qui suit un concept moins extrême et plus proche de celui choisi par l’équipe de Stuttgart, ne peut être exclue non plus. En ce qui concerne les problèmes techniques rencontrés jusqu’à présent, le directeur de l’équipe a répété que « les temps au tour viennent, puis la fiabilité ».

Commentaires Facebook