Grand-Prix des Pays-Bas : « Ce sera Zandvoort ou rien »

Le circuit d’Assen n’a aucune chance d’organiser une course de Formule 1. Ce sera Zandvoort, ou sinon rien.

Le Conseil néerlandais du sport a écrit une lettre ouverte aux ministères, aux provinces, aux circuits et aux municipalités de Zandvoort et d’Assen.

Selon Michael van Praag, président du Conseil des sports, la lettre ouverte ne constitue pas un conseil. L’organisation a envoyé la lettre parce que le circuit d’Assen les empêche d’être dans la course. Le Conseil du sport fournit des avis indépendants sur le sport au gouvernement et au parlement.

La FOM, l’organisation derrière la Formule 1, a informé le Conseil des sports que le circuit de Zandvoort était le premier et l’unique candidat à l’organisation de la course. Ce circuit a une histoire riche et est proche des grandes villes et des aéroports.

L’organisation d’une telle course coûte entre 30 et 40 millions d’euros par an. Pour Zandvoort, il est donc intéressant de savoir s’il est possible de combler le déficit financier. Le circuit espérait que le ministre du Sport, Bruno Bruins, participerait à auteur de 5 millions mais ce n’est pas gagné.

En outre, Zandvoort espérait que la province de Noord-Holland et la municipalité augmenteraient la cagnotte de 2 millions, mais cela n’arrivera pas. Cela crée un trou considérable dans le budget. L’accord d’exclusivité conclu entre FOM et Zandvoort expire à la fin du mois de mars.

Assen a-t-il une chance?

Dans une lettre confidentielle que RTL a consultée, il semble que FOM veuille approfondir l’idée d’une course à un autre endroit. Assen espérait que le circuit aurait de nouveau une chance, mais le Conseil des sports a rapidement douché cet espoir dans sa lettre ouverte.

Dans sa lettre, le conseil écrit qu’Assen a déjà élaboré son propre projet d’amener la Formule 1 aux Pays-Bas. Le Conseil note que, contrairement à Zandvoort, il existe déjà une analyse de rentabilité qui est crédible. Un investisseur étranger garantit les droits de licence et bénéficie du soutien de la province et de la municipalité.

Selon ses propres termes, le Conseil du sport ne veut pas trancher entre les deux dossiers. Pour le conseil, cela est également sans importance, car la FOM a déjà dit qu’il s’agirait de Zandvoort.

Assen serait toujours l’alternative à Zandvoort. Le président de la fondation qui veut faire passer la Formule 1 à Drenthe, Jos Vaessen, a déclaré qu’il comprenait mal la lettre ouverte. Selon lui, il semblerait qu’Assen soit pénalisé du fait que Zandvoort « ne peut pas tout gérer ».

Van Praag du conseil sportif nie l’existence de cette lettre confidentielle. « Nous ne choisissons pas un camp, mais ce serait une honte [s’il la F1 ne passe pas par notre pays]. En tant que conseil sportif, nous ne nous soucions pas du lieu où il se tient, tant que c’est aux Pays-Bas », conclut Van Praag.

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *