La nouvelle Renault pourrait rester au garage au début des essais à Barcelone

L’équipe Renault a dévoilé ce mardi à Enstone la nouvelle voiture pour la saison de Formule 1 2019, mais la R.S.19 n’est pas encore opérationnelle.

Le directeur de l’équipe, Cyril Abiteboul, l’admet ouvertement lorsqu’il dit que ce sera « super court » avec la journée de tournage d’un film réservée à Barcelone le 16 février.

Pour le moment, il ne peut confirmer que la présence des deux pilotes et d’un camping-car sur place samedi: « Nous prévoyons toujours un shakedown samedi dans le cadre d’une journée de cinéma, mais nous devrons peut-être l’annuler », explique Abiteboul. « Même le premier jour des tests lundi est incertain. »

Dans leur effort pour atteindre la limite absolue avec la conception aéro de la RS19 et maximiser le temps de développement en soufflerie, c’est « peut-être un pas de trop cet hiver », poursuit le Français.

« En production, ils font tout leur possible pour préparer la voiture pour le premier jour d’essais », a-t-il déclaré. « Il ne s’agit pas uniquement de performance, mais également de fiabilité. Si vous commencez trop vite, vous risquez de trop en faire au début. Nous sommes allés trop loin et nous devrons réévaluer cela pour l’année prochaine. »

Le problème tient en partie à un situation interne: « Peut-être que nous souffrons un peu du fait que nos processus sont maintenant complètement internes. Si vous recevez des pièces de fournisseurs, les délais ne sont pas négociables, mais si vous êtes votre propre fournisseur, cela ne vous gène pas. Parfois, vous ajustez les délais pour que tout se passe bien. « 

Dans le même temps, Abiteboul souligne que, selon lui, les responsables de la Formule 1 ont trop tardé à approuver le règlement: « Nous avons déjà critiqué les changements de règles intervenus tardivement, et en voici la conséquence. » Je crois que nous ne sommes pas la seule équipe dans cette situation », dit-il, agacé.

En fin de compte, le timing serré chez Renault est probablement une conséquence de la nouvelle réglementation. L’équipe souhaite passer à l’étape suivante et pour ce faire, ils doivent travailler cet l’hiver plus dur que jamais dans la récente histoire de l’entreprise. Cela signifie que plus de temps de développement pourrait être investi dans la R.S.19.

« Nous savons qu’il existe une corrélation directe entre le temps que vous passez dans la soufflerie et la compétitivité sur la piste », dit-il. « C’est ce qui compte: toujours à la limite. »

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *