Leclerc est « nettement meilleur » que Vettel affirme Eddie Irvine.

Eddie Irvine pense que Charles Leclerc est le meilleur pilote de Ferrari et estime que ne pas favoriser le jeune homme coûte cher à l’équipe de Formule 1.

Photos: S Andre Yoder Harris pour F1ACTU / Essais Libres Suzuka 2019

Charles Leclerc est un pilote « nettement meilleur » que Sebastian Vettel cette saison et Ferrari aurait dû être dur avec le quadruple champion du monde au Grand Prix de Russie, selon Eddie Irvine.

Irvine a piloté pour Ferrari pendant quatre de ses dix saisons en Formule 1 et est confiant que son ancienne équipe a trouvé une perle en Leclerc. Il estime que le pilote Monégasque est un échelon au-dessus de Vettel, compte tenu des résultats de la saison 2019.

Irvine estime également que l’équipe italienne aurait dû adopter une position ferme avec Vettel, quadruple champion du monde de 2010 à 2013, lorsqu’il a refusé de redonner à Leclerc la position de tête en vertu de la stratégie décidée en Russie avant la course.

Leclerc avait permis à Vettel d’utiliser l’aspiration à partir de la deuxième ligne sur la grille pour prendre les devants et permettre à Ferrari de conserver les deux premières places après le départ à Sotchi, mais l’Allemand a conservé la tête de la course.

« Leclerc est clairement le meilleur pilote et vous pouvez tous le voir », a déclaré Irvine. « Pour le moment, Ferrari n’a pas le luxe et le rythme nécessaires pour diviser les points entre les deux pilotes. »

« En Russie, Vettel a essayé de se soustraire à un accord. Si j’avais été Ferrari, j’aurais été plus dur, j’aurais été plus ferme à ce sujet. Si tu prends l’argent de Ferrari, tu suis les ordres de Ferrari. »

« Je comprends aussi que c’est un quadruple champion du monde et un jeune homme, mais un accord a été conclu et Vettel n’a pas respecté cet accord. Je ne sais pas comment ils se sont débrouillés pour perdre la course. »

Irvine, maintenant âgé de 53 ans, savait qu’il y avait toujours une distinction claire au sein de l’équipe lorsque Michael Schumacher était le numéro 1 incontestable de son époque.

« Les rôles étaient très clairs chez Ferrari », a-t-il déclaré à propos de son partenariat avec le septuple champion du monde. « J’étais le pilote qui devait être rapide et Michael devait être le meilleur pilote du monde. Si Jean Alesi ou Gerhard Berger étaient là, j’aurais sûrement eu la chance de les battre, mais Michael était sur une autre planète. »

Ferrari a semble marquer le pas ce week-end de Grand Prix du Japon et Mercedes a apporté des nouveautés sur la W10 pour un circuit où les Flèches d’Argent peuvent s’assurer un sixième titre consécutif de constructeurs.

Irvine préfère les circuits à l’ancienne, où les erreurs des pilotes se paient cash. Il a ajouter: « A Suzuka, on fait une erreur et on en paie le prix. Aujourd’hui, si tu sors du circuit, tu peux revenir et tu ne perds même pas ta place. Si vous observez Leclerc à Monza, il a fait une course incroyable mais a fait deux erreurs. Cependant, il était toujours en tête de la course. À l’époque, si tu sortais, c’était fini. La course était terminée. »

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *