Leclerc, pilote Ferrari 2019, trouve la F1 « intimidante » au début

Charles Leclerc a déclaré avoir trouvé la Formule 1 «intimidante» au début, alors qu’il s’adaptait pour travailler avec plus de gens que ce à quoi il était habitué dans sa carrière junior.

Leclerc n’a marqué aucun point lors des trois premières manches de la saison puisque Sauber se débattait à l’arrière du peloton, mais il s’est classé en sixième place en Azerbaïdjan en avril et a ensuite engrangé cinq points sur les sept dernières courses.

Cette forme était suffisante pour convaincre Ferrari de lui donner un siège pour la course en 2019, mais Leclerc a admis qu’il avait trouvé la progression difficile en F1.

« Au début, il est d’abord assez intimidant de parler à autant de gens », a-t-il expliqué.

« Tout ce que vous dites va être analysé, non seulement par votre ingénieur, mais par tant de personnes. »

« Alors évidemment, c’est tout à fait … pas effrayant, mais intimidant comme je le disais. Mais ensuite, on s’y habitue. Vous devez faire un feedback détaillé, vous devez être beaucoup plus précis sur tout ce que vous dites, car il y a beaucoup plus de personnes en l’arrière-plan. »

« En Formule 2, vous essayez vraiment de vous concentrer sur les points principaux car il est évident qu’il n’y a qu’une ou deux personnes maximum qui vous aident à améliorer la voiture. C’est une approche différente et il faut un peu de temps pour s’y habituer. »

Leclerc a ajouté qu’un changement important auquel il devait s’adapter était la longueur des grands prix.

« Je me souviens d’avoir trouvé les premières courses extrêmement longues en Formule 1 par rapport à la Formule 2 », a-t-il déclaré. « C’est aussi une chose à laquelle vous devez vous habituer. Après 20 tours, vous pensez que l’arrivée est à deux tours, puis ils vous disent: » OK, il reste 40 tours « et vous vous dites: » Comme c’est long! « 

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire