L’état mexicain se désengage de la F1

Le président du Mexique a laissé entendre que l’organisation du Grand-Prix national Formule 1 ne bénéficiera pas du soutien de l’État.

Les organisateurs du Grand-Prix du Mexique ont remporté le prix de « meilleur promoteur » lors de la remise des prix de fin de saison de la FIA. Ils ont reçu un financement gouvernemental, selon le Financial Times, d’une valeur d’environ 20 millions de dollars américains, dans le but de se relancer après 23 ans d’absence.

Le président du pays, Andrés Manuel Lopez Obrador, a déclaré que les fonds allaient maintenant être consacrés à un projet de chemin de fer de plusieurs milliards de dollars et de presque 1 000 km de long. Le train Maya va relier le site antique de Palenque à Cancun.

Lors d’une conférence de presse mardi matin, « AMLO » – comme on l’appelle – a déclaré: « Je ne sais pas comment sont les contrats F1. Si ils ne sont pas signés, nous ne pourrons pas. Les événements ont été financés par le fonds de développement du tourisme et ce fonds est engagé dans la construction du train Maya. Nous ne connaissons pas les termes de ces contrats [avec la F1]. Nous allons les examiner. Nous continuerons à soutenir tous les sports, mais avec austérité, sans excès, sans gaspillage. »

Andrés Manuel Lopez Obrador

Le Grand Prix du Mexique est l’une des nombreuses courses qui n’ont pas conclu d’accord au-delà de 2019, mais le promoteur s’est récemment désolidarisé des critiques adressées par ses homologues au propriétaire de la F1, Liberty Media.

Il n’est pas clair si les organisateurs seraient en mesure de trouver un autre sponsor pour la course ou quelle est la position de la F1 sur la négociation du coût de son maintien sur le calendrier.

L’année dernière, le promoteur a déclaré que l’événement avait eu un impact économique de 1,3 milliard de dollars au cours des trois premières années, soit 12,2 fois l’investissement initial. Il a également été affirmé que la course avait attiré plus d’un million de participants au cours des trois premières années, généré 31 600 emplois et généré des gains de 248 millions de dollars.

L’un des alliés du président avait déjà annoncé ce mois-ci la décision de réduire le financement de la F1.

AMLO, un politicien de gauche et ancien maire de Mexico, a remporté la présidence mexicaine l’été dernier et l’a assumée début décembre avec pour mission de « purifier la vie publique » dans le pays.

Source : Financial Times, autosport.com – Photo : Reuters, Eurosport

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *