Nico Hülkenberg s’éloigne de Williams et confirme des discussions en cours avec Alfa Romeo.

Nico Hülkenberg a pris ses distances par rapport à un retour au Williams Racing en 2020, mais admet que des pourparlers sont en cours avec Alfa Romeo Racing pour rejoindre l’équipe la saison prochaine.

L’Allemand, qui quittera Renault F1 Team à la fin de la saison en cours après que l’écurie d’Enestone a choisi de le remplacer par Esteban Ocon, protégé de Mercedes-Benz, est actuellement sans volant pour la saison prochaine, avec très peu de places disponibles.

A l’approche du Grand Prix du Japon de ce week-end, Hülkenberg admet que son avenir reste incertain, mais il ne discute pas avec Williams d’un retour dans l’équipe qui lui a permis de faire ses débuts en Formule 1 en 2010.

« Non. Il n’y a pas de discussions en cours », a déclaré Hülkenberg à CNN Sport. « C’est une bonne équipe, c’est là que j’ai commencé ma carrière en 2010 et même avant cela, j’y étais pilote d’essai. Mais je n’ai pas l’impression d’être la bonne personne pour eux en ce moment. »

L’Allemand de 32 ans admet toutefois que des pourparlers sont toujours en cours avec Alfa Romeo au sujet d’un transfert. Il pourrait remplacer Antonio Giovinazzi, actuellement coéquipier de Kimi Räikkönen. Si Hülkenberg rejoignait Alfa Romeo, il rejoindrait une équipe pour laquelle il avait couru sous la bannière de Sauber F1 Team en 2013.

« Bien sûr, je pense que c’est évident que je discute avec eux », a confirmé l’Allemand. « Mais on verra où ça nous mènera. »

Après avoir appris qu’il allait quitter Renault, l’Allemand admet qu’il s’est laissé surprendre par la lenteur avec laquelle il trouve une réponse à la question de savoir où il allait courir la saison prochaine.

« Pour être franc, je n’en suis pas sûr », dit Hülkenberg. « J’aurais imaginé que les choses auraient avancé un peu plus vite, mais nous sommes maintenant à Suzuka et nous n’avons pas encore vraiment de réponse. »

« Cela change légèrement la perspective lorsque vous n’avez pas la certitude de votre avenir. Vous voyez les choses un peu différemment et peut-être l’appréciez-vous davantage. Pour moi, la situation est ce qu’elle est. Je ne suis pas mal à l’aise, je dois dire. »

« D’une certaine façon, je me sens bien et détendu. J’ai fait ce que j’ai pu. Si ce n’est pas le destin, ce n’est pas le destin. On ne peut pas forcer les choses. »

Hülkenberg insiste sur le fait qu’il reste concentré sur ses cinq dernières courses avec Renault et sur les meilleurs résultats possibles avec son équipe actuelle, à partir de ce week-end au Japon.

« Tant que l’on est actif et que l’on fait de la course, il faut se concentrer et s’engager à fond », a déclaré Hülkenberg, qui a 172 départs de course à son actif. « Si votre esprit s’éloigne ou si vous le laissez s’éloigner, cela vous prive de votre concentration, de vos capacité. Mon esprit a toujours été là et je vis ma vie d’un week-end à l’autre, d’une course à l’autre. »

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *