Renault F1 surprise que McLaren ne soit pas son principal rival en 2018

Renault se dit surprise que son principal rival en Formule 1 se soit avéré être Haas plutôt que McLaren.

Lorsque McLaren a signé un accord pour passer de Honda à Renault en 2018, beaucoup s’attendaient à ce que l’équipe basée à Woking se batte pour le podium et même la victoire. Cependant, un problème d’aérodynamique fondamental avec la MCL33 a pénalisé sa  performance et son rythme est tombé au fil de la saison.

Cela laissait la possibilité à Haas de devenir l’une des surprises de cette année alors que le groupe américain a repris le combat avec de Renault dans la bataille des meilleurs des autres derrière les trois grandes équipes.

Repensant à 2018, Cyril Abiteboul, directeur général de Renault F1, a déclaré à Autosport: « Franchement, il y a eu des surprises et des frustrations. Je suis un peu surpris de devoir me battre contre Haas pendant presque toute la saison alors que je m’attendais à ce que ce soit contre McLaren. Souvenons-nous que l’année dernière, lorsque nous avons annoncé McLaren, tout le monde m’a dit » tu es fou, tu vas être battu par tes clients « . Nous étions très proches d’être battus par une équipe jeune, encore plus jeune que nous, avec une configuration très différente. »

Abiteboul affirme ne pas avoir à se plaindre du travail accompli par Renault cette année, mais il souhaite passer un peu de temps cet hiver à analyser plus en profondeur ses performances.

bandicam 2018-12-19 11-48-35-890

« Ce fut une bonne saison et nous pouvons être certains des progrès réalisés par l’équipe », a-t-il déclaré.

« Nous ne devons pas sous-estimer l’effort et les résultats après trois saisons passées de P9 à P4. Je ne suis pas bon en histoire mais il faudrait remonter assez loin pour voir une équipe réaliser une telle amélioration. Cela étant dit, j’ai évidemment besoin de creuser un peu plus pour voir comment cela a été réalisé, le niveau de compétitivité, l’environnement concurrentiel, qui est juste derrière, qui est en avance et à quel point ils sont en avance. C’est là que nous devons faire le point et voir comment cela peut affecter nos plans. »

Le plus gros défi de Renault consistera à faire un pas en avant pour 2019, car l’écart entre les trois premières équipes et le reste de la grille reste important.

« Il y a une très grosse marge négative pour les meilleures équipes, ce qui est une source de préoccupation« , a déclaré Abiteboul. « Mais quand je regarde la rapidité de nos progrès à l’usine et en particulier dans la préparation de l’année prochaine pour le châssis et le moteur, je dis, pourquoi pas? C’est possible.

« Il y a des frustrations mais globalement, je pense que nous pouvons être satisfaits des objectifs principaux: consolider d’abord la situation de l’équipe, être plus ou moins le meilleur du milieu de terrain, et [deuxièmement] être en mesure de réduire l’écart par rapport aux meilleures équipes, qui seront clairement la cible de l’année prochaine. « 

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *