Selon des propos rapportés par Autobild, la FIA couvre un « énorme scandale » autour du moteur de Ferrari.

Le magazine allemand Autobild, qui fait autorité, rapporte une lourde accusation contre Ferrari, qui tricherait sur les performances du moteur sans que la FIA ne bouge le petit doigt, pour couvrir un scandale présumé.

Le feuilleton continue sur le moteur Ferrari et cette fois c’est Autobild, qui rapporte des propos choquants visant à accuser l’équipe dirigée par Mattia Binotto et la FIA d’illégalité pour étouffer un « énorme scandale ». Avons-nous dit feuilleton? Il est peut-être plus juste de parler de gibier à massacrer.

Nous avons rapporté, commenté et même plaisanté sur les innombrables blagues sur la puissance incroyable du moteur Ferrari (citons des auteurs au hasard : Toto Wolff ou Christian Horner). Une puissance qui, cependant, jusqu’à il y a quelques Grand Prix semblait inversement proportionnelle aux résultats obtenus sur la piste par Vettel et Leclerc.

Cette énième attaque contre le moteur Ferrari est le résultat d’une source journalistique anonyme à l’intérieur du paddock, qui met en jeu la responsabilité directe de la FIA. Nous nous demandions pourquoi un journal aussi connu et faisant autorité qu’Autobild rapportait de telles déclarations, sachant qu’elles ne passeraient pas inaperçues, ni pour les fans, ni pour les hautes sphères du sport. Alors citons les mots à l’origine de la polémique :

« L’avantage absurde qu’ils ont en ligne droite est impossible à obtenir légalement, car la technologie est maintenant à un stade de développement très avancé. Ferrari triche et la FIA en est consciente, mais elle ferme les yeux parce que ce serait un énorme scandale. »

Il n’est pas difficile de se rappeler toutes les accusations dont Ferrari a déjà souffert ces dernières années. Il n’est même pas difficile d’imaginer que le rôle de superpuissance dans la F1 de la Scuderia n’est pas toujours bien vu par les autres écuries. Il y a quelques jours, le droit de veto de l’équipe de Mattia Binotto a une nouvelle fois été confirmé, à l’occasion du vote sur les règlements techniques et sportifs en vigueur depuis 2021.

En ce qui concerne l’attaque contre la FIA et Ferrari rapportée par Autobild (qui s’est un peu, disons… « comporté en caisse de résonance »), nous restons prudent, invitant les parties à la clarifier leurs plaintes au plus vite. La Fédération invite les équipes à déposer des plaintes formelles, à procéder dans les règles et de manière transparente.

Mais visiblement, c’est trop risqué parce que Ferrari n’est peut-être pas la seule équipe à être limite en termes de réglementation…

Affaire à suivre.

4 thoughts on “Selon des propos rapportés par Autobild, la FIA couvre un « énorme scandale » autour du moteur de Ferrari.

  1. C’est quand même bizarre les autres écuries ayant des moteurs Ferrari ne sont pas aussi rapide qu’eux en ligne droite,moi je penche plutôt pour une meilleures aérodynamique. Le moteur est peut être un peu plus puissant mais de là à les accuser de tricherie il y a un monde et en plus couvert part la FIA. Que font les autres cela m’étonnerait beaucoup qu’ils se laissent faire. Quand on accuse il faut apporter les preuves ou alors on ne dit rien.

  2. Je pense que l astuce viens plutôt des lubrifiants qu utilise Ferrari et du carburant.ils ont fais un meilleur boulot au niveau du moteur thermique et des chambres à combustion avec des meilleurs combustion et aussi du système d embrayage regardez les sorties de virages et les departs les ferraris sont des fusées.l évolution du moteur Mercedes a un peu stagner cette année mais son aérodynamisme est remarquable ca compense avec un moteur moins performant en haut régime mais redoutable en milieu de de régime et bas régime.

  3. Je vais faire le journaliste Italien Gros scandale enF1 Mercedes accusait Ferrari de triche car eux trichaient donc impossible de faire mieux sans tricher aussi ! Une magouille orchestrée par Berni le berneur avec la complicité de Pirelli. Des membres de la maFIA seraient complices sans qu’on connaisse leurs noms. Mercedes imposait les pneus qui leur convenait le mieux en fonction du tracé aux autres de s’adapter. C’est pour cette raison que les types utilisés se limitaient à soft medium et hard, sans savoir si c’était des ultras, supers, ou hypers pour ne pas éveiller les soupçons, ils detournaient l’attention avec leurs accusations, un vieux truc de magiciens…. Pas mal, non? Ça devrait faire vendre un peu!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *